Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry, a rencontré, ce 4 mars 2017 à Ouagadougou, les acteurs politiques et de la société civile. A l’occasion, il annoncé que le coût total de l’organisation des élections municipales partielles et complémentaires du 28 mai prochain au Burkina Faso est évalué à un milliard 200 millions de F CFA.barry

Le président de la CENI a appelé les acteurs politiques et de la société civile burkinabè à se montrer à la hauteur du défi, afin que les municipales partielles se déroulent normalement. « En ce qui concerne la part du travail qui nous est confiée, nous nous sommes préparé à le mettre en œuvre. Mais dans le cadre de ces élections, les rôles sont partagés. Pour la CENI, nous allons faire la part du travail qui est l’organisation des élections », a-t-il dit.

Les élections se déroulent dans 19 communes et 16 portent sur des «partielles». Il s’agit, entre autres, de l’arrondissement n°4 de Ouagadougou , Andemtenga, Barani, Dablo, Dandé, Madjoari, Kindi, Kantchari, Saponé, Seytenga, Zabré, Zoaga, Kombori, Kougny, Karangasso Vigué et Ziga où il n’avait pas été possible de mettre en place les conseils municipaux.

Les trois autres communes portent sur Béguédo, de Bouroum Bouroum et de Zogoré. Il n’avait pas été possible de tenir les élections municipales du 22 mai 2016.
Le Conseil des ministres, en sa séance du mercredi 1er mars 2017, a décidé de la reprise des élections municipales dans 19 communes du pays, le 28 mai 2017.

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.