Avec les délestages intervenus en cette matinée du 5 avril, les feux tricolores étaient inopérants sur plusieurs artères de la capitale

Une bonne partie de Ouagadougou a vécu la matinée de  ce mercredi 5 avril au rythme des délestages, suite à une interruption de la fourniture de l’électricité en provenance de la Côte d’Ivoire. «Interconnexion RCI/BF suspendue ce matin depuis 08 h. Délestage en cours consécutif  à un important déficit», indiquait à la mi-journée un message de la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL).

Avec cette panne, la Compagnie ivoirienne d’électricité n’a pas assuré durant la matinée la fourniture d’électricité à sa partenaire burkinabè de la SONABEL

La situation  n’est donc pas directement liée au fait des débiteurs de la SONABEL dont la liste était réclamée dans une lettre ouverte au directeur général, il y a quelques jours, par une coalition d’organisations de la société civile. Selon une source proche du dossier, la SONABEL ne devrait pas procéder à la publication de la liste de ses débiteurs compte tenu de la confidentialité des termes contractuels. Mais, cela offre une aubaine à la société de rappeler ces débiteurs à leurs obligations, s’ils ne veulent pas courir le risque de voir leurs noms cités dans la presse. En revanche, la SONABEL a répondu à la lettre des OSC. Le contenu serait rendu public, ne serait-ce que pour respecter le parallélisme des formes. Mieux, les dirigeants devraient,  à en croire notre source, rencontrer les responsables des osc signataires de la lettre ouverte au directeur général de la SONABEL pour motiver leur décision.

Notons que l’électricité a été rétablie dans plusieurs quartiers dans l’après-midi. Mais, n’ayant pas pu  joindre entre-temps notre source, il nous a pas été possible de savoir les facteurs de ce rétablissement hautement bienfaisant, surtout  en ces temps de canicule. La panne qui est d’origine ivoirienne a-t-elle été totalement ou partiellement résorbée par la Compagnie ivoirienne d’électricité ou des mesures palliatives ont-elles ont été prises pour parer à la situation ? Peut-être que l’on en saura un peu plus dans les heures ou jours à venir.

Grégoire B. Bazié

Burkina Demain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.