Le prédicateur Cheick Mohamed Bachir Tassembedo a exhorté les musulmans à suivre les enseignements du messager d’Allah et à être un modèle pour leur communauté.

Le prédicateur Cheick Mohamed Bachir Tassembedo, petit-fils d’El Hadj Sanoussa Pouytenga, 1er traducteur du coran à la grande mosquée de Ouagadougou, a célébré le mouloud marquant la naissance du prophète Mahomet, dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 avril 2017 à Balkuy dans l’arrondissement 11.

Le prédicateur Cheick Mohamed Bachir Tassembedo a exhorté les musulmans à suivre les enseignements du messager d’Allah et à être un modèle pour leur communauté.

Jeunes, femmes, enfants et personnes âgées, ont répondu présents à l’invitation du guide spirituel et prédicateur, Cheick Mohamed Bachir Tassembedo pour commémorer la naissance du prophète Mahomet sous le thème de la générosité. Invocations, louanges, cantiques islamiques et prêches ont marqué cette commémoration qui s’est déroulée à la mosquée de la section 813 de Balkuy. Ce fut également une nuit dominée par des bénédictions pour l’ensemble des personnes présentes et surtout pour la paix au Burkina Faso. Une dizaine de prêches ont marqué cette manifestation au cours de laquelle les différents intervenants ont revisité l’histoire de la vie du messager d’Allah, pour que les croyants en tirent les enseignements et s’inspirent de son exemple.

A l’entame de son sermon, l’imam Sékou Zoungrana a rappelé à l’assistance que le prophète Mahomet (paix et bénédictions de Dieu sur lui) est le dernier des prophètes et le messager de Dieu envoyé à l’humanité avec la dernière des religions monothéistes, l’Islam. Selon lui, le messager de Dieu a appris aux musulmans à posséder de bonnes manières et de belles qualités. « Ses propres manières et normes morales en ont fait le meilleur exemple à suivre pour les musulmans. Par ailleurs, la générosité faisait partie des nombreuses qualités du prophète, il était le plus généreux de tous et il l’était encore plus durant le mois de Ramadan», a-t-il indiqué. Il a ajouté que la vie de Mahomet est une invite à l’humilité, à la fraternité, au respect, à la justice et à la paix mais aussi, et surtout, à l’amour. C’est pourquoi le souffle de la révélation porte un enseignement utile à tous les hommes, qu’ils soient ou non musulmans.

A la suite de l’imam Zoungrana, d’autres prédicateurs sont revenus sur la vie exemplaire du prophète. Pour l’imam Ahmad Bilgo, il y a bien une chose dont on ne doute point, c’est que le prophète Mahomet était un exemple parfait dans le bon comportement. « Ses bonnes manières et ses nobles caractéristiques ne furent réunies chez aucune autre personne si ce n’est la sienne. Ceux-là mêmes qui se sont opposés à lui en le traitant de menteur et en l’offensant témoignèrent de son noble comportement », a affirmé l’imam Bilgo. Pour le Cheick abdoul Karim Ouédraogo, Dieu informe que le prophète était une miséricorde pour toute l’humanité lorsqu’il dit en affirmant « Nous ne t’avons envoyé que comme miséricorde pour l’univers ». Le Prophète puisait tout son comportement du noble Coran et on disait même autour de lui : « C’était un Coran qui marchait sur terre », a-t-il soutenu.

Les fidèles musulmans ont assisté à la commémoration la naissance du prophète Mahomet.

Après les prêches, Cheick Mohamed Bachir Tassembedo, guide spirituel et président de l’association des jeunes musulmans pour l’éclaircissement de la religion au Burkina Faso (AJMR), a pris la parole pour bénir l’assemblée, exhorter les musulmans à suivre les enseignements du messager d’Allah et à être un modèle pour leur communauté. Selon lui, il faut témoigner du respect et de la considération à ses parents. Il a également appelé l’assistance aux respects des ainés car le respect des ainés n’est pas seulement un signe de moral ou de respect mais c’est avant tout un devoir. « Respecter les gens plus âgés que soi est aussi une obligation en islam car le prophète a dit : respecter les aînés, c’est respecter Allah», a précisé Cheick Mohamed Bachir Tassembedo. Il a enfin appelé au respect des enseignants qui nous ont inculqués le savoir. En islam, les enseignants sont considérés comme faisant partie des personnages les plus sacrés et les plus honorables de la société humaine, a-t-il souligné.

Au terme de cette nuit riche en enseignements sur le prophète Mahomet, rendez-vous a été pris prochainement pour une autre célébration du mouloud afin de continuer à se souvenir du dernier des messagers, envoyé à l’humanité toute entière.

Souleymane Kanazoé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.