Représentants des OSC V4CP et PCR BF posant pour la postérité

Koudougou, chef-lieu de la région du Centre Ouest, a abrité ce mercredi 23 octobre 2019, la deuxième rencontre entre les Organisations de la société civile (OSC) du Programme voix pour le changement (V4CP) et les Présidents des conseils régionaux du Burkina Faso (PCR BF). Les échanges ont porté sur la mise en œuvre des engagements pris à Bobo par les PCR lors d’une première rencontre sur les problématiques de l’accès des populations aux énergies renouvelables, à la sécurité alimentaire et  nutrition et du pastoralisme dans notre pays.

Sentiments de satisfaction générale dans les rangs des officiels à la clôture de l’atelier

Après une première rencontre les 17, 18  et 19 juin derniers à Bobo qui leur a permis de prendre la mesure de leurs responsabilités sur ces questions cruciales des Energies renouvelables, de la Sécurité alimentaire et nutritionnelle, et du pastoralisme dans notre pays ; les Présidents des conseils régionaux (PCR) ont encore répondu massivement à l’invitation des organisations de la société civile (OSC) du Programme voix pour le changement (V4CP), ce mercredi 23 octobre 2019 dans la cité du cavalier rouge.

Prise en compte dans les Projets et PAI 2020

Le président de l’ARBF Eric Tiemtoré (micro) se prêtant aux questions des journalistes

Au menu des échanges de cette rencontre entre présidents des exécutifs régionaux et représentants des OSC membres du V4CP, la suite à donner aux engagements pris à Bobo par les PCR sur les questions de l’accès des populations aux énergies renouvelables, à la sécurité alimentaire et  nutrition et du pastoralisme dans notre pays.

 «Atelier de plaidoyer et d’analyse du niveau de  prise en compte des préoccupation des OSC/V4CP dans les projets de plans annuels d’investissement (budgets) 2020 des 13 Conseils régionaux du Burkina Faso». C’est l’intitulé de cette deuxième rencontre qui aura tenu toutes ses promesses.

«Nous sommes déjà dans cette dynamique avant même la première rencontre de Bobo ; nous allons continuer à prendre en compte les préoccupations des OSC sur la question d’accès des populations aux énergies renouvelables, à la sécurité alimentaire et sur le problème de pastoralisme dans notre pays», a indiqué Eric Tiemtoré, président de l’Association des régions du Burkina (ARBF).

PCR, des alliés pour les OSC

Mahamadou Badiel (micro), coordonnateur du Programme voix pour le changement a salué l’alliance avec les PCR
Le PCR du Centre Ouest, Abdoulaye Badoh (micro) s’est félicité de la tenue de la rencontre à Koudougou

Pour le PCR du Centre Ouest, Abdoulaye Badoh, les OSC et les présidents des conseils régionaux mènent le même combat pour l’amélioration des conditions de vie des populations. Ce qui fait des PCR, assure le coordonnateur du Programme voix pour le changement Mahamadou Badiel, «des alliés» naturels.

 Quand les représentants du V4CP ont des occasions de rencontrer les autorités par rapport à leurs préoccupations, ils n’oublient pas les PCR. Ainsi, il leur arrive d’évoquer avec elles la question du transfert des ressources aux collectivités territoriales pour permettre à celles-ci de jouer pleinement leurs rôles d’acteurs du développement local et régional.

Marges de manœuvre des PCR limitées

Et le président du conseil régional de la Boucle du Mouhoun,  Sanou, en charge du suivi des engagements pris,  de renchérir en assurant que cette alliance OSC V4CP – PCR BF est même plus profitable à la population car, seuls les PCR ne peuvent pas faire grand-chose dans le contexte actuel où leurs marges de manœuvre sont limitées.

Dans beaucoup de conseils régionaux, les investissements relevant des secteurs des énergies renouvelables, du pastoralisme, de la sécurité alimentaire sont souvent supportés financièrement par les partenaires étrangers, faute de moyens au niveau des régions. C’est le cas par exemple de la région de l’Est où 1 milliard 600 millions sont programmés pour les pistes pastorales au titre du budget 2020 du conseil régional grâce notamment à des partenaires.

Aussi au niveau du plateau central, quatre centrales solaires sont au programme grâce à des fonds de partenaires de la région.

Sur la question du pastoralisme par exemple, les PCR n’ont encore tous les pouvoirs de faire respecter les décisions relatives à la délimitation des pistes pour bétails souvent occupées par les agriculteurs pendant les saisons des pluies. Ce qui occasionne souvent des conflits meurtriers entre agriculteurs et éleveurs.

L’engagement aux côtés des OSC réaffirmé

Représentants des OSC V4CP et PCR BF posant pour la postérité

Qu’à cela ne tienne. Les PCR ont tenu à réaffirmer au de cette rencontre de Koudougou leurs engagements à travailler aux côtés des OSC pour satisfaire aux préoccupations des populations en matière de sécurité alimentaire, de nutrition, d’accès services énergétiques renouvelables de qualité et pour prendre à bras-le-corps les nombreux problèmes du pastoralisme dans le pays.

A l’écouter, toutes les régions à ce jour ne sont pas logées à la même enseigne sur la question de la prise en compte des préoccupations des OSC V4CP mais le fait est que tous les PCR sont engagés. «Leurs présences physiques à chacune de vos rencontres témoignent déjà  si besoin en était de leurs engagements à prendre en compte vos préoccupations, en dépit de la faiblesse des budgets des conseils régionaux», a rassuré le président de l’ARBF.

«Nous sommes fiers à côtés de vous. Au-delà des engagements, c’est également un cadre d’apprentissage pour nous», a conclu Eric Tiemtoré.

Satisfaction des organisateurs

Dieudonné Sanou a exprimé sa fierté et sa satisfaction au vu des résultats de la rencontre

 Pour Dieudonné Sanou, représentant des OSC V4CP et du secrétaire exécutif de l’OCADES Dédougou, organisateur de l’atelier, il y a de réels motifs de satisfaction à l’issue de cette deuxième rencontre avec les PCR.                                                

«Nous sommes satisfaits  de ce qui a été fait. Les objectifs de départ ont été atteints. Nous sommes fiers et rassurés de savoir que les engagements pris par les PCR seront traduits en actes concrets et ne resteront pas lettres mortes ».

Dans cette perspective, des cadres d’évaluation périodiques de la mise en œuvre des engagements des PCR sont envisagés, à l’image de la réunion du 3 octobre dernier qui déjà permis de faire un premier point sur la réalisation des résolutions de Bobo.

Projet de formation 5000 jeunes de l’ANEREE

Par ailleurs, les participants à la présente rencontre ont eu droit à un exposé sur  le Projet de formation et d’insertion de cinq mille (5 000) jeunes du Burkina Faso aux métiers des Energies renouvelables (ER) et de l’Efficacité énergétique (EE). Projet initié par l’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ANEREE), en partenariat avec Job Booster.

Ce projet vise, a expliqué Toussaint Nestor  Noufé,  à outiller les jeunes des villes et campagnes (2 500 hommes/2 500 femmes) dans le domaine de l’énergie solaire et de l’efficacité énergétique, à faciliter leur insertion socioprofessionnelle et à développer l’auto emploi.

La réception des dossiers  dans le cadre de cette formation a débuté depuis le 1er octobre et se poursuit jusqu’au 10 novembre 2019. La  formation est ouverte aux jeunes des deux (02) sexes, âgés d’au moins quinze (15) ans et résidents dans l’une des treize (13) régions. 

Paul Issoufou Kiemdé / Koudougou

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.