Les conférenciers des agences de voyage

Les différentes agences de voyage retenues pour le hadj édition 2018 et 2019 au Burkina Faso, étaient en conclave, ce jeudi 24 octobre 2019 à Ouagadougou. Il s’agissait pour les premiers responsables de ces agences en question, de faire le bilan des actions entreprises de par le passé et de dresser les perspectives pour les prochaines éditions.

Les conférenciers des agences de voyage

73 agences de voyage pour le hadj se sont rencontrées, ce 24 octobre 2019, lors d’une assemblée générale, pour des échanges approfondis. En effet, après le bilan « à chaud » du comité de suivi du pèlerinage à la Mecque, dressé le mardi 17 septembre 2019 passé, c’est le tour des différentes agences de voyage, de se rencontrer pour évaluer les actions menées et envisager des perspectives pour le bon déroulement du cinquième pilier de l’islam qu’est le pèlerinage. Avec deux agences suspendues, ce sont 73 agences de voyage constituées en quatre groupes, qui ont fait l’organisation pratique du Hadj 2019. Il fallait donc que lesdites agences se concertent pour que chacune puisse donner sa voix, afin de contribuer à l’amélioration des conditions du Hadj au Burkina Faso.

Selon Issa Dianda, représentant d’une agence de voyage, le bilan est peu satisfaisant. « Nous sommes un peu satisfaits pour l’organisation en Arabie Saoudite, mais en ce qui concerne le Burkina, notamment côté transport, il y a vraiment beaucoup d’inquiétudes et de difficultés que les agences subissent », a-t-il déploré, affirmant que c’est surtout les problèmes liés au choix de l’avion, qui touchent absolument les agences. A l’écouter, si le choix de l’avion se passe bien, il n’y a pas de problème. Dans le cas contraire, dit-il, ce sont les agences qui subissent directement les conséquences, une fois en Arabie Saoudite et sur les contrats qu’elles signent en terre sainte, pour accueillir les pèlerins. Issa Dianda a conclu en rassurant qu’ils travailleront d’arrache-pied pour que les hadj des éditions prochaines soient plus commodes que ceux antérieurs.

Il a par ailleurs, souhaité que les avions sélectionnés respectent désormais le programme déterminé, pour le bonheur de tous. Concernant les éditions à venir, les agences de voyage demandent à être associées dans certaines prises de décision et de directives, pour ce qui est de l’organisation du pèlerinage à la Mecque. En rappel, l’Arabie Saoudite avait renouvelé le quota des 8143 pèlerins accordés au Burkina Faso, en plus de la signature de la convention entre cet État arabe et le Burkina, qui consacre la participation du pays des Hommes intègres au Hadj 2019. Le coût du Hadj de cette édition-là était fixé à 2 132 000 FCFA, soit une diminution de 153 000 FCFA.

Nicolas Bazié             

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.