Le présidium des échanges

Le directeur général du Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA) Wahabou Bara et les acteurs de l’art graphique et plastique se sont rencontrés, ce mardi 19 novembre 2019 à Ouagadougou, pour échanger sur le processus de la documentation et de la répartition des droits.

Wahabou Bara, DG du BBDA

Les hommes de la culture sont en conclaves depuis ce matin au siège du BBDA. Selon le DG du BBDA, il s’agit de mettre en place des commissions techniques d’identification des œuvres artistiques afin de pallier toute contestation en termes de déclaration dans le domaine des arts graphiques et plastiques. En effet, pour lui, avec ce domaine « très pointu », il est important de mettre en place une telle commission pour que les experts en la matière puissent rencontrer les différents titulaires d’œuvres d’art plastique, dans le but de pouvoir expliquer le mécanisme de fonctionnement de ladite commission et recueillir des observations et des suggestions.

Le présidium des échanges

Wahabou Bara a souhaité qu’à la fin des échanges, l’on puisse fédérer les intelligences parce que, le secteur connait bien de nos jours, des mutations dues à la technologie. Par conséquent, l’idée est d’avoir la participation des titulaires de droit dans ce domaine-là, pour mieux accompagner ensemble la dynamique du nouvel outil qui est la disposition du BBDA, afin de réduire les plaintes des titulaires du droit en question. A en croire Christophe Sawadogo, un peintre, il, y a des artistes peintres qui ne savent pas que quand on parle d’attraction, on ne peut pas oublier que la figuration est très capitale.

Des artistes à la rencontre

A l’écouter ce n’est pas parce que dans l’art abstrait on ne voit pas des choses reconnaissables comme des figures, des objets, que le dessin n’est pas à la base. Ce qui est important, confie-t-il, c’est de faire comprendre aux jeunes qu’il soit la figure ou l’abstraction, on a besoin de partir de quatre piliers fondamentaux qui sont la forme, la couleur, le dessin et la composition. « Un bon peintre abstrait, c’est celui-là qui part à la recherche de la connaissance du dessin », a conclu monsieur Christophe Sawadogo.

Nicolas Bazié

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.