Les officiels et les participants de l'atelier posant pour la postérité

Dans le cadre du Programme voix pour le changement (V4CP), les organisations de la société civile (OSC) membres et des acteurs de la formation professionnelle (ministères de tutelle et établissements) se sont réunis le 8 janvier dernier dans la cité du cavalier rouge pour faire le point de la mise en œuvre des engagements pris par les  établissements et les ministères de tutelle en matière de formation professionnelle  en énergie renouvelable.

Le présidium à l’ouverture de l’atelier. Au milieu, le secrétaire exécutif de l’OCADES Dédougou l’abbé André Toé ; à sa gauche, Gilbert Kazienga de la SNV, et à sa droite, Charles Didace Konseibo de la Coalition CNPDER BF et CEAS Burkina

A l’invitation d’OCADES Dédougou,  étaient réunis à Koudougou en atelier le 8 janvier 2020,  des responsables et acteurs des organisations de la société civile du Programme voix pour le changement (V4CP), des responsables et acteurs des établissements d’enseignement technique et professionnelle et des représentants du ministère de  l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales et du ministère de la jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes.  Objectif : faire le suivi de la feuille de route des acteurs de la formation en vue de la création d’une filière, la mise à disposition de curricula de formation et le développement de la formation en énergie renouvelable.

L’initiative s’inscrit dans le cadre du  plaidoyer du Programme V4CP dont le thème est : « l’amélioration de l’accès des populations aux services de qualité en énergie renouvelable». Les OSC membres de dudit programme en l’occurrence OCADES Dédougou, le Centre Ecologique Albert Schweitzer (CEAS Burkina) et l’Association de la gestion des ressources naturelles et de la faune de la Comoé-Léraba (AGEREF/CL)  visent, d’une part, l’intégration d’une filière énergie renouvelable dans les écoles techniques secondaires pour former une masse critique de professionnels certifiés et capables de fournir des services de qualité aux populations au Burkina Faso. Et dans ce cadre un premier atelier avait réuni les 23 et 24 avril 2018 toujours à Koudougou, avec le même objectif.

Processus et coût d’élaboration et d’opérationnalisation des référentiels de formation

Le consultant Boureima Tamboura (micro) a fait la restitution de l’étude sur le processus et le coût d’élaboration et d’opérationnalisation des référentiels de formation en énergie renouvelable

Le présent atelier a permis aux acteurs de parvenir à un certain nombre de résultats. A savoir :

-la restitution de l’étude sur le processus et le coût d’élaboration et d’opérationnalisation des référentiels de formation en énergie renouvelable assuré par le consultant, Boureima Tamboura. Restitution qui a donné lieu à des amendements dont celui relatif à une précision des recommandations pour favoriser leur mise en œuvre.

-Le point des engagements pris par le ministère de  l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales et le ministère de la jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes pour la création d’une filière, l’élaboration de référentiel et la mise en œuvre de la formation en énergie renouvelable est fait;

-le point des engagements des établissements et centres de formation en vue de développer la formation en énergie renouvelable est fait ;

-Des pistes sont explorées afin d’accélérer l’ouverture des filières de formation en énergie renouvelable par les établissements et centres de formation privés et publics.

Partenariats public-privé ou privé-privé

Sur le dernier point des résultats, les représentants des 2 ministères de tutelle de la formation professionnelle, Almamy Sanou et David Gnoumou,  se sont engagés, au regard des difficultés rencontrées, à faciliter par exemple l’accès des établissements d’enseignement professionnel aux autorisations officielles, programmes, référentiels, curricula. Ils se sont également engagés à renforcer la collaboration entre eux pour plus de coordination et d’efficacité dans les actions.

Pour leur part, les représentants des établissements d’enseignement professionnel ont pris la résolution de renforcer la collaboration entre eux, sollicitant un accompagnement du gouvernement et des OSC afin de s’assumer pleinement sur la question. Il a été question d’établir des partenariats public-privé ou privé-privé sur la question.

Sentiments de satisfaction générale exprimée

Le secrétaire exécutif de l’OCADES Dédougou l’abbé André Toé s’est félicité des conclusions de l’atelier, saluant l’esprit collaboratif des différents acteurs.

«Nous avons enregistré des avancées, des résultats. C’est dans la collaboration, la concertation que l’on peut atteindre des résultats de ce genre. Ces cadres-là sont nécessaires. L’engagement de créer des cadres de concertations devrait renforcer cette dynamique et permettre d’atteindre davantage de  résultats car, il y a encore du chemin à faire».

«Je suis très impressionné de la qualité des échanges que nous  avons eus ici. Cela servir à la cause de la formation professionnelle en général et celle des énergies renouvelables en particulier. Nous devons donc continuer sur cette dynamique», a indiqué Gilbert Kazienga, représentant du coordonnateur du programme V4CP et de la directrice pays de la SNV.

«La rencontre  nous a été vraiment  bénéfique. Pour nous responsables d’établissements,  le développement des énergies renouvelables est impératif aujourd’hui», a assuré Tagandé Ouédraogo, chef de travaux du Collège technique de Koudougou.

Les officiels et les participants de l’atelier posant pour la postérité

Pour Almamy Sanou du ministère de la jeunesse et de l’entrepreneuriat des jeunes, l’Etat seul ne peut pas tout faire. Et de souhaiter que cet engagement des OSC V4CP fasse tache d’huile,  exprimant la disponibilité du ministère de la jeunesse et de l’entrepreneuriat des jeunes. «Que nous puissions mettre en œuvre ce que  nos recommandé», a complété son collègue du MENAPL David Gnoumou.

«Tout est bien qui finit bien. Nous avons atteint à  100% nos résultats. Nous sommes donc satisfaits. Tous nos remerciements à vous tous qui y avez  contribué», a relevé Dieudonné Sanou, chargé de programmes à OCADES Dédougou, exprimant la disponibilité des OSC du Programme V4PC à accompagner, dans la mesure du possible, les acteurs de la formation professionnelle en vue de l’accès des populations aux services énergétiques renouvelables de qualité dans le pays.

Philippe Martin

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.