Déféré depuis le 13 mai dernier à MACO, Ferdinand Ouédraogo dénonce une violation de ses droits humains

Pour Ferdinand Ouédraogo, l’indépendance du Burkina dont on a célébré ce 5 août 2020, le soixantième anniversaire, n’est qu’une farce. Il n’y a jamais cru.  Incarcéré il y a bientôt 3 moins à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) ; l’homme dénonce une violation de ses droits humains et dit craindre pour sa sécurité et sa vie. 

Déféré depuis le 13 mai dernier à MACO, Ferdinand Ouédraogo dénonce une violation de ses droits humains

Dr Ferdinand Ouédraogo, pour ceux ou celles qui ne le connaissent pas encore est celui-là même qui a osé créer une nouvelle Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, dénonçant le caractère illégal de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso que les gens connaissent.

Pour Ouédraogo  cette Chambre de commerce n’est qu’une survivance de l’ère coloniale qui n’a plus sa raison d’être, assurant qu’elle n’est créée par aucun décret du Burkina Faso. Or, la sienne nouvellement créée repose, dit-il, sur une base légale.  Fort de cela, il lance un avis aux opérateurs économiques de venir adhérer à sa structure.

La Chambre de commerce contre-attaque

En face, la Chambre de commerce dirigée Kadhafi contre-attaque, crie au faux et accuse Dr Ouédraogo de dénonciation calomnieuse, d’escroquerie et d’usurpation d’identité. Et pour étayer sa version, un décret portant changement de dénomination de la Chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat du Burkina Faso (CCIA-BF) est publié dans les médias. Il s’agit du décret N°2007-302/PRES/PM/MCPEA/MFB du 18 mai 2007.

Entre-temps, Dr Ferdinand Ouédraogo est arrêté et déposé à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) le 13 mai 2020. Près de 3 mois après, il dit ne pas comprendre les motifs de son arrestation.  Il parle d’une détention arbitraire. Il dit en effet ignorer le plaignant qui est à l’origine de son arrestation. Pour lui, la Chambre de commerce ne saurait être plaignant puisque à ses yeux elle n’existe toujours pas légalement. Il parle de la subordination de la justice qui ne mènerait pas le bon combat dans cette affaire, sinon elle n’aurait pas, dit-il, agi en sa défaveur. Et de dénoncer une violation pure et simple de ses droits humains. Il dit ne pas être en sécurité à la MACO et dit craindre pour sa vie.

«Je veux d’abord ma liberté»

Ses avocats, en l’occurrence Me Paul Kéré et Me René Adolphe Ouédraogo travailleraient à sa libération provisoire en attendant un éventuel jugement. Mais, Dr Ouédraogo réclame purement et simplement sa libération car les raisons de sa détention, dit-il,  ne sont pas justifiées et en appelle même aux défenseurs de droits de l’Homme.

Sur un autre sujet, contrairement à ses habitudes, il s’est refusé de se prononcer sur l’indépendance du pays dont le soixantième anniversaire a été célébré ce 5 août 2020. «Qui suis-je aujourd’hui pour me prononcer ?. On m’a privé de mes droits de citoyen. Je veux d’abord recouvrer ma liberté», a-t-il laissé entendre.

Alors que la position de l’homme sur le sujet a toujours été claire : «il n’y a jamais eu d’indépendance». Il a toujours préféré parler de décolonisation, allant quelque fois à brocarder l’initiative présidentielle de réécriture de l’histoire du pays après les cent ans d’indépendance du pays. On l’aura compris, Dr Ferdinand Ouédraogo fait partie de ceux et celles qui luttent à leurs façons  pour l’indépendance réelle du Burkina Faso dans tous  les domaines, y compris économique.

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici