Le député-maire de Dori, Aziz Diallo, ne manque pas de mots pour désapprouver le code électoral adopté ce mardi 25 août 2020 par les députés. Sa réaction.

 «Si pour des raisons de force majeure, les élections législatives ne peuvent se tenir dans une ou des communes entières d’une province, le résultat de la commune où on a voté va servir pour l’élection des députés de la province.

Idem pour les municipales, où donc 2 ou 3 villages pourront élire les exécutifs locaux : Aujourd’hui, on nous demande de regarder des centaines de milliers de potentiels électeurs, tous Burkinabè au même titre que chacun d’entre nous, et leur dire que non seulement nous n’avons pas été en mesure d’assurer votre sécurité, mais aussi pour les 3 prochaines élections, ce n’est pas la peine que vous votez, que vous participez aux choix de vos exécutifs locaux, de vos représentants à l’Assemblée nationale, et du Président du Faso.

Mais, on reviendra vers vous vous parler de la République, de l’appartenance commune à la Nation, du renforcement de la cohésion sociale.

Il y a eu dans un passé récent ce que je considère comme des abus de langage dans l’appréciation de certaines lois. Pour ma part, nous sommes là face à la véritable loi d’exclusion.

Tout en saluant les efforts de dialogue du chef de l’Etat, je refuse de me rendre complice de cet attentat contre la démocratie, contre la cohésion sociale».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici