La capitale burkinabè abrite du 3 au 5 décembre 2020 le Festival culturel de Ouagadougou Sino-Burkina (FESCO-SB). La cérémonie d’ouverture a eu lieu dans l’après-midi de ce 03 décembre.

La relation entre le Burkina Faso et la Chine est de plus en plus forte. A l’exemple de l’État, la jeunesse burkinabè s’est elle aussi engagée dans le but de faire de cette relation une réussite à travers un apport dans le processus de développement du Burkina. C’est dans ce cadre que s’inscrit le Festival culturel de Ouagadougou Sino-Burkina. Il a pour objectif, selon le coordonnateur du club des jeunes, Abdoul Razacko Déné, de permettre aux jeunes de mieux connaître la culture burkinabè et chinoise et de :<<se baser sur le processus de développement de la Chine qui est fondé sur la culture>>.

Le FESCO-SB vise donc à faire la promotion de la culture des deux pays. Ainsi durant trois jours, les portes de la Maison du peuple à Ouagadougou seront ouvertes pour accueillir tous ceux qui souhaitent aller à la rencontre de la culture des deux États.

Durant ces trois jours, il y aura des expositions de mets burkinabè et chinois, des objets de culture et aussi de la pharmacopée traditionnelle burkinabè, à en croire Karim Démé, parrain de la cérémonie.

Pour lui, ces expositions permettront aux partenaires Chinois de mieux connaître le Burkina et aux Burkinabè de découvrir les mets chinois. Pour cette première édition, les partenaires n’ont pas hésité à encourager l’initiative et à exprimer leur satisfaction quant à la mobilisation.

C’est le cas de Mamoudou Namoutougou, représentant du ministre de la culture, qui a laissé entendre que le ministère est disposé à accompagner les organisateurs pour les prochaines éditions. Pour le parrain, c’est une satisfaction mais aussi un espoir car dit-il <<toute coopération basée sur la culture aura surement une longue durée de vie>>.

Aziz Yoda

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici