Zéphirin et Simon ont rivalisé en formules d’amabilité au cours de la présente visite de courtoisie

En vue de renforcer son alliance avec la majorité présidentielle, l’Union pour le progrès et le changement (UPC), parti de l’ex-chef de file de l’opposition politique, a rendu ce mardi une visite de courtoisie au Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). La délégation visiteuse conduite par le président de l’UPC Zéphirin Diabré, ministre d’Etat en charge de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, a été accueillie par Simon Compaoré, président du MPP. 

Zéphirin et Simon ont rivalisé en formules d’amabilité au cours de la présente visite de courtoisie

Entre le MPP de Simon Compaoré et l’UPC de Zéphirin Diabré, c’est l’amour parfait. Fini donc les passes d’armes par presse interposée.  La preuve a été encore donnée ce mardi même où une délégation de l’UPC s’est rendue au siège du MPP pour une visite de courtoisie. Visite de courtoisie au cours de laquelle Zéphirin et Simon ont rivalisé en formules d’amabilité.

«Nous avons eu des aventures diverses. Et voilà qu’on se retrouve pour cheminer ensemble, conjuguer nos efforts, nos intelligences, les mettre au service de la patrie», relève le président du MPP.

Et le président de l’UPC de renchérir : «Cela fait partie des cheminements de la vie. L’essentiel est que l’alliance qui est scellée aujourd’hui (et je pense que nous sommes tous déterminés à ce qu’il en soit ainsi) soit un instrument très fort, non pas pour nous-mêmes, mais pour le pays».

Tout est donc dit. Le MPP et l’UPC sont déterminés à cheminer en bons termes dans cette nouvelle phase de leur vie.«Il vous souviendra que nous avons cheminé ensemble à l’ODP/MT, qui est devenu ensuite CDP. Après, nous nous sommes séparés parce que moi, je suis parti créer un parti qui s’appelle l’UPC, et nous avons commencé à nous combattre. Mais en 2014, eux aussi ont quitté leur maison (CDP) et nous nous sommes retrouvés sur les frontons de l’insurrection. Nous avons ensemble mené un combat qui a été victorieux, en empêchant la modification de l’article 37 (de la Constitution) et en créant une nouvelle situation politique pour le Burkina Faso. Il se trouve que pour diverses raisons, nos chemins se sont encore séparés. Mais aujourd’hui, nos chemins se sont encore retrouvés», a rappelé à juste titre le ministre Zéphirin Diabré.

Aziz Yoda

Burkina Demain

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici